Bienvenue sur notre blog collaboratif : Les Petites Filles Modèles.

"Mes Petites filles modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits ; la preuve en est dans leurs imperfections mêmes." Comtesse de ségur , 1858

Des petites filles modèles à notre façon. Un alcool baroque saveur citron rouge, un conte grotesque paré d'ivoire et d'ivresse. Nous vous présenterons ici notre univers teinté d'absurde et d'humour noir. Sara Amaktine est davantage spécialisée en texte, Céline Citronrouge en image, mais la cocktail est complet et se fait à tous les étages. Bonne visite !

Eponime Constant-Sadness, présentation

Pieds nus, fagotée de culottes bouffantes trop amples ou de robes des plus simplistes, Eponime détestait les froufrous, les jupons, les souliers vernis qui convenaient à son rang. "Trop de chichis, de superficialité, et de surfaits face à la fragilité et l’essentialisme même de la vie..." pensait-elle.
- Non merci, je ne souhaite pas devenir une décoration. Je préfère bien mieux découvrir et apprendre !

Eponime avait l’obsession des minces frontières entre la vie et la mort, qu’elle expérimentait sur ses cobayes insectes, depuis son accident une année auparavant. La fillette, née avec un mal inconnu de bourdonnements et de terribles maux de têtes incessants, s’était dans un mouvement de folie enfoncé un hachoir de cuisine dans le crâne, espérant ainsi mettre une fois pour toute fin à ses souffrances. Par on ne sait quel miracle, Eponime avait survécu, mais le hachoir ne devrait jamais être retiré sous peine d’une mort imminente.
On fixa ce dernier solidement pour qu’elle puisse rester libre de ses mouvements. Toutefois son acte n’avait pas été sans conséquence ; l’instrument avait tranché net dans le centre de ses émotions, causant des dégâts irréparables qui ne lui octroyaient plus, désormais, que la possibilité de demeurer perpétuellement triste. Dès lors, la petite fille voulut tout connaître de la vie et de la mort. Loin du regard de ses parents, cachée dans les sous-bois de la résidence principale, Eponime partait en quête de nouveaux insectes pour de nouvelles expériences ; chasse qu’elle pratiquait à l’occasion avec son amie Miéline - au grand dam de Pinson et Margotine qui n’avaient que dégoût pour tout cela.
L’enfant, aux allures de sauvageonne, s’enfermait ensuite dans son laboratoire secret et pratiquait toute sorte de rituels scientifiques dont elle notait rigoureusement dans un calepin tous les procédés et résultats. Même les peluches, que ce soit les siennes ou celles de ses amies, n’échappaient pas aux dissections, terminant la grande majeure partie du temps éventrées, évidées, en petits morceaux disséminés ça et là.

1 commentaire:

HeroysaMonster a dit…

Je trouve le personnage de Eponime super intéressant, j'ai hâte d'en savoir plus et de la découvrir à sa juste valeur. Le texte me plait énormément. Bravo.